Le Projet LALI

Dans les sociétés postindustrielles, l’emploi et l’inclusion sociale dépendent foncièrement de l’acquisition de compétences élémentaires et « douces », et notamment de la maîtrise de la langue maternelle et/ou locale, de la communication interculturelle et des compétences sociales. La recherche montre que les adultes les moins formés et qualifiés sont marginalisés tant économiquement que socialement; ils occupent des emplois peu rémunérés, et à cela s’ajoute une perte d’estime de soi dû à un niveau élémentaire en littératie. De ce fait, il est crucial de développer de nouveaux outils pédagogiques visant à promouvoir les compétences élémentaires et douces chez les adultes moins qualifiés, et à former les migrants dans la langue et la culture du pays d’accueil. La portée de ces outils concerne tant le plan individuel (croissance personnelle) que social (pour une société plus juste et plus équitable).
Le projet LALI intègre l’apprentissage des langues et de la littératie dans le contexte culturel en proposant des activités à réaliser à la fois dans les musées et en classe. De plus, LALI a développé une application mobile appelée Art App, dans le but de faciliter et de renforcer l’apprentissage fait au sein des musées. La qualité de tout le processus va être examinée grâce à un outil basé sur la vidéo. En outre, LALI proposera aux formateurs une panoplie d’outils pour leur permettre de faire évoluer leurs pratiques pédagogiques. Enfin, LALI mettra sur ce site, à disposition des professionnels, un ensemble de produits et d’outils autres.

LALI se préoccupe des besoins et de l’inclusion sociale des adultes les moins qualifiés et ayant un faible niveau de littératie, principalement des migrants arrivés récemment ou n’ayant pas acquis la langue locale ni un niveau satisfaisant littératie malgré un long séjour dans leur environnement de résidence. LALI leur offre la possibilité de poursuivre leur apprentissage et leur insertion professionnelle en proposant des outils pédagogiques qui visent à développer les compétences de base (langue, littératie et, dans une moindre mesure, compétences numériques), à créer des environnements collaboratifs pour l’apprentissage, à valoriser leurs identités culturelles propres, et à utiliser la rencontre avec l’art pour promouvoir ce qui est universellement humain.

 

Apprentissage de la langue et de la littératie à travers l’art

Le projet LALI intègre l’apprentissage des langues et de la littératie dans le contexte culturel en proposant des activités à réaliser à la fois dans les musées et en classe. Ainsi, en plus des sessions en classe, l’apprentissage est transposé dans un environnement concret et réel, et précisément au musée, qui offre des conditions stimulantes pour un apprentissage en groupe. L’art (c’est-à-dire une composante centrale de la culture) devient alors une ressource essentielle pour favoriser l’intégration sociale et linguistique.

Pour vous faire une idée des considérations théoriques et méthodologiques qui sont à l’origine de cette initiative, nous vous invitons à parcourir notre manuel.

Ce manuel appartient à l’ensemble des outils et productions destinés aux professionnels, disponibles sur le centre de ressources en ligne créé par LALI (http://www.lali-project.eu/). Tous les contenus sont considérés comme des biens communs N’hésitez pas à parcourir notre page web, à vous inspirer, et à nous contacter si vous avez des questions!

 

Médiation artistique pour l’apprentissage des langues

S’appuyant sur les piliers méthodologiques et théoriques de notre manuel, cette section propose un ensemble d’activités pratiques à mener dans les musées et les salles de classe pour développer le langage, la littératie et les compétences douces pour des adultes ayant peu de qualifications.

Nous proposons des modules comprenant des activités préparatoires en classe ainsi que des travaux pratiques dans le cadre du musée. Nous fournissons également des idées pour des activités post-visite qui peuvent être utilisées pour conclure l’expérience du musée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Sessions de test des ressources LALI en Finlande, en Autriche et en France

Turku (FI), les premiers ateliers qui ont adopté l’approche LALI ont été organisés à l’automne 2018. Le premier groupe comprenait des participants d’horizons divers, venant de différents pays d’origine et parlant des langues premières – ou maternelles – diverses comme le somali, l’arabe, le persan, l’albanais et le thaï. Les participants les plus jeunes étaient âgés d’une vingtaine d’années, certains n’étant arrivés en Finlande que quelques mois auparavant, tandis que les participants les plus âgés avaient entre cinquante et soixante ans et vivaient en Finlande depuis plus de trente ans. En Finlande cette hétérogénéité est assez courante dans les cours d’enseignement du finnois comme langue étrangère pour les migrants. Le deuxième groupe était relativement plus homogène, car les participantes étaient des mères au foyer avec de jeunes enfants. Cependant, dans ce deuxième groupe aussi, les origines et les langues maternelles des participantes étaient variées (arabe, persan et somali). Dans les deux groupes, nous avons été ravis de voir comment les participants expérimentaient les activités LALI combinant apprentissage des langues et médiation artistique. Les participants ont particulièrement apprécié le caractère interactif des activités linguistiques, des activités artistiques, ainsi que des visites au Musée d’art de Turku. Au cours des ateliers, les participants ont pu développer leurs connaissances en vocabulaire et ont pu en apprendre davantage sur la culture finlandaise mais aussi sur les cultures des autres participants grâce aux discussions suscitées par les œuvres d’art.


Commentaires des participants aux cours pilotes

Positifs
• J’ai appris beaucoup de nouvelles choses et de nouveaux sujets
• les peintures m’aident à mieux comprendre, apprendre et retenir les mots
• J’ai aimé les visites des musées
• J’ai aimé regarder les peintures
• J’ai aimé inventer des histoires
• J’ai aimé travailler en groupe
• J’ai aimé le dessin et les activités artistiques
• les professeurs parlaient clairement, ils étaient sympathiques et jeunes
• nous avons obtenu suffisamment d’aide si nous ne comprenions pas
• c’était bien que nous n’ayons pas eu de devoirs
• l’atmosphère était joyeuse

Négatifs /Améliorations suggérées
• mauvais temps sur le chemin du musée / mauvaise saison
• l’emplacement du musée sur une colline
• plus de discussion
• plus de devoirs, car il n’y avait pas de devoirs

Réactions des animateurs aux sessions tests

Connaître l’histoire de l’art finlandais, contact avec la culture finlandaise
• Apprentissage des langues à travers des images, des œuvres d’art comme matériel pédagogique
• Prise en compte des différences culturelles dans l’enseignement
• L’environnement d’étude (musée)
• Possibilité de visiter un musée, entrée gratuite pour les participants
• Enseignement en tandem (experts en arts et langues)


 

Les cours en Autriche ont eu lieu dans deux lieux très différents: Stand 129 – un étal de marché qui fonctionne comme un centre d’art et de communauté dans l’un des quartiers les plus densément peuplés de Vienne, et Bank Austria Kunstforum – un espace d’exposition pour l’art moderne et contemporain dans le centre-ville de Vienne qui présentait à ce moment-là une exposition intitulée « Fascination Japan ». Pour les deux groupes cibles, les cours ont été structurés en classes préparatoires hebdomadaires dans une salle de classe au stand 129, axées sur le vocabulaire et la grammaire pour préparer les sessions hebdomadaires qui avaient lieu ensuite au musée Kunstforum Wien. Dans l’espace d’exposition, les participants étaient souvent encouragés à explorer par eux-mêmes, à choisir des œuvres d’art de leur goût et à trouver les connexions thématiques dans la vaste collection de peintures modernistes, de gravures et dessins japonais. Les participants ont apprécié travailler ensemble et ont été plus actifs lorsque les tâches avaient un lien clair avec eux-mêmes ou lorsqu’ils pouvaient trouver des parallèles avec leur propre culture (par exemple en reliant les mythes japonais aux mythes syriens). Les cours ont suivi une structure thématique avec des sujets qui étaient à la fois présents dans l’exposition et pertinents pour l’apprentissage linguistique des participants. Les sujets comprenaient « Manger et boire », « Nature et animaux », « Ville et campagne », ainsi que « Histoires et mythes », entre autres. Dans les deux endroits, l’enseignement était attentif aux connaissances déjà existantes des participants, le co-apprentissage était encouragé et le multilinguisme était apprécié. Le thème de l’exposition a encouragé la réflexion sur les transpositions interculturelles et la valorisation de la diversité culturelle. En plus d’améliorer leurs compétences linguistiques, les participants ont apprécié de rencontrer de nouvelles personnes et d’apprendre sur le Japon.

 

Commentaires des participants aux cours pilotes

« J’ai aussi appris à avoir un peu plus confiance en moi lorsque j’écris parce qu’avant j’avais peur, je n’osais pas… mais maintenant c’est beaucoup, beaucoup mieux, je peux écrire des phrases par moi-même, bien qu’il y ait des erreurs de toute façon, mais vous apprenez de vos erreurs et vous vous améliorerez lentement. » (Fatima)

« Ce cours est une bonne chose parce qu’on apprend vite. J’aimerais recommencer. Les peintures et les affiches facilitent l’apprentissage de l’allemand.
Pendant le cours, je continuais d’avoir des problèmes avec la compréhension des textes mais je me suis familiarisé avec beaucoup de mots, même si je ne comprends pas chacun d’eux, je me suis familiarisé avec eux. Et je me souviens des choses. Mon vocabulaire s’est élargi. » (Farbarkary)

 


 

En France les deux groupes cibles ont montré des différences fondamentales. Dans les ateliers d’apprentissage de langue, nous avons travaillé avec des participants étrangers, venant soit de pays maghrébins, soit de pays asiatiques. Les apprenants avaient des objectifs divers en arrivant en France ; certains ont suivi leurs proches vivant déjà en Europe et avaient pour but de s’y installer définitivement, d’autres ne projetaient que de passer quelques années en France. Dans le groupe d’apprentissage de la littératie, nous avons rencontré des participants francophones qui n’avaient pas pu bénéficier d’un parcours scolaire structuré pour des raisons diverses. Tous les ateliers visant à expérimenter les ressources développées dans le cadre du projet LALI ont été structuré de la même façon : un cours préparatoire en classe précédait systématiquement les cours au musée afin de munir les apprenants d’un vocabulaire et de structures grammaticales appropriés pour les visites qui se sont toutes déroulées au Musée du Louvre. Toutes les activités ont privilégié l’interactivité, la participation active des participants, la valorisation de leur expérience et l’apprentissage semi-autonome. Les participants étrangers ont considéré que l’apprentissage d’histoires et de coutumes à travers les œuvres d’art françaises constituait un élément important pour leur intégration sociale. Les apprenants francophones ont apprécié, quant à eux, l’accès à des lieux culturels qui ne leur étaient pas familiers.


Commentaires de participant aux cours pilotes

« C’est vrai que c’est intéressant parce que comme je vous dis c’est assez tard que je viens (au Louvre/au musée). Quand je vois ça et ce qu’on a vu, c’est impressionnant. (…) quand on voit ça en réel comme on l’a dit, c’est différent. C’est impressionnant moi je vous félicite c’est super ! C’est émouvant. (…) Moi, je reviendrais bien tous les jours. (…) Cela fait un drôle d’effet de voir leur vie à eux (à leur époque) et la nôtre, on voit que c’est différent. C’est de l’histoire. C’est vrai que visiter… j’ai pas de mot. » Christine

Réactions des animateurs du cours pilote

«  L’intérêt d’utiliser des ouvres d’art dans l’apprentissage de la littératie c’est qu’elles servent davantage de support mnémotechnique à nos apprenants qu’une simple photo d’illustration car ils sont moins habitués à voir des tableaux et ceux-ci proposent des lectures à plusieurs niveaux. » (Pierre, animateur, formateur en alphabétisation)

« J’ai testé quelques activités qui avaient été proposées lors de notre formation. Les retours sont très positifs! J’avais un groupe hétérogène et ce support m’a permis de rendre tous les apprenants actifs et de différencier leurs objectifs. De plus, ils ont beaucoup apprécié de pouvoir travailler sur des œuvres d’arts et il s’en est suivi une discussion à propos des musées et des sorties à programmer. » (Aline, animatrice, formateur de langue)

 

LALI ArtApp

LALI ArtApp est disponible sur Google Play Store. Vous le trouverez ici:

 

 

 

Mode d’emploi pour utilisateur d’Android

 

LALI ArtApp sera bientot disponible pour les utilisateurs d’iOS.

Mode d’emploi pour utilisateur d’iOS

 

Le projet LALI (Apprentissage de la langue et de la littératie à travers l’art) vise à améliorer les compétences linguistiques et la littératie d’adultes peu qualifiés. Dans l’environnement technologique moderne, le processus d’apprentissage doit être accompagné avec des outils modernes, notamment les smartphones. L’application mobile ArtApp a été conçue avec l’objectif d’accompagner les gens dans leur apprentissage de langue et de littératie.

Une fois l’application installée, l’utilisateur peut sélectionner l’une des 4 langues disponibles : anglais, allemand, français ou finnois. L’utilisateur peut ensuite répondre à des sessions de 10 questions. Il y a deux types de sessions: « Questions par thème » et « Questions au hasard ». Dans le volet « Questions par thème », l’apprenant peut organiser son apprentissage autour de thèmes. Dans la section « Question au hasard », l’utilisateur reçoit des questions de tous les thèmes, de façon aléatoire. Il existe 11 types de questions dans l’ArtApp, chacun requiert une solution différente. Une évaluation suit chaque session. Pour maintenir les questions à jour, une application web a été conçue qui permet d’ajouter de nouvelles questions à la base de données si nécessaire.

Du point de vue technologique, ArtApp dispose d’un frontal et d’un principal. Dans le principal, la base de données MySQL et les services web sous TomCat sont déployés. Il existe deux développements de frontal. L’un est Android, il est désormais prêt, l’autre est l’environnement iOS qui est en phase de développement. L’ArtApp peut être utilisé à partir d’Android 5.0 (Lollipop). L’application Web a été développée avec l’environnement Drupal.

 

Voici l’architecture du concept ArtApp:

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici quelques exemples du fonctionnement de ArtApp:

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Présentation de LALI ArtApp

 

 

 

 

 

 

 


 

Thèses sur LALI ArtApp

Imre Erdei, Backend development for mobile application that supports learning foreign languages through artworks (BSc Thesis, 2018)
Supervisor: Dr. László Bacsárdi (University of Sopron)

Tamás Balogh, Get to know different mobile platforms and making mobile app on the selected platforms (MSc Thesis, 2019)
Supervisor: Dr. Gergely Bencsik (University of Sopron)

 


 

Les œuvres d’art utilisées dans la version finnoise de LALI ArtApp

Exercice 1
Elin Danielson-Gambogi (1861–1919): Poutapäivä (1901) Turku Art Museum collection  (Wikimedia commons)

Elin Danielson-Gambogi (1861–1919): Viinitarhassa (1898) Turku Art Museum collection (Wikimedia commons)
Gunnar Berndtson (1854–1895): Kesä (1893) Turku Art Museum collection (Photo: Vesa Kinnunen)

Exercice 2
Pekka Halonen (1865–1933): Iltatunnelma (1896) Turku Art Museum collection (Photo: Vesa Aaltonen)
Victor Westerholm (1860–1919): Kymijoen laaksosta (1901) Turku Art Museum collection

Exercice 3
Akseli Gallen-Kallela (1865–1931): Joukahaisen kosto (1897) Turku Art Museum collection (Photo: Kari Lehtinen)
Akseli Gallen-Kallela (1865–1931): Sammon puolustus (1896) Turku Art Museum collection

Exercice 4
Albert Edelfelt (1854–1905): Pariisin Luxembourgin puistossa (1887) Ateneum collection (Wikimedia commons)
Albert Edelfelt (1854–1905): Lopullinen luonnos teokseen Turun Akatemian vihkiäiset 1640 (1902) Turku Art Museum collection

Exercice 5
Juho Rissanen (1873–1950): Ruumiinpesijät (1908) Turku Art Museum collection (Photo: Kari Lehtinen)
Albert Edelfelt (1854–1905): Veräjällä (Portaan kylästä) (1889) Turku Art Museum collection
Eero Järnefelt (1863–1937): Raatajat rahanalaiset eli Kaski (1893) Ateneum collection (Wikimedia commons)

Exercice 6
Hugo Simberg (1873–1917): Perunatyttö (1901) Turku Art Museum collection
Albert Edelfelt (1854–1905): Louis Pasteurin muotokuva (1885) Musée d’Orsay collection (Wikimedia Commons)
Albert Edelfelt (1854–1905: Tohtori Emile Roux (1896) Turku Art Museum collection (Photo: Kari Lehtinen)

Exercice 7
Fanny Churberg (1845–1892): Asetelma (Pariisi) (1876) Turku Art Museum collection (Photo: Vesa Aaltonen)
Fanny Churberg (1845–1892): Asetelma (1877) Ateneum / National gallery collection (Wikimedia commons)
Wladimir Swertschkoff (1821–1888): Asetelma (Alger) (1885) Turku Art Museum collection

Exercice 8
Ali Munsterhjelm (1873–1944): Kalkkijaaloja Aurajoessa (1909) Turku Art Museum collection
Ali Munsterhjelm (1873–1944): Näkymä Aurajoelta (1930-luku) Taidesäätiö Merita collection (Wikimedia commons)
Marcus Collin (1882–1966): Sunnuntai satamassa (1914) Turku Art Museum collection

Exercice 10
Emil Wikström (1864–1942): Viattomuuden uni (1892) Turku Art Museum collection (Photo: Kari Lehtinen)
Georges Winter (1875–1954): Odotus (n. 1902) Turku Art Museum collection
Ville Vallgren (1855–1940): Ylpeys (1898) Turku Art Museum collection (Photo: Kari Lehtinen)

Exercice 11
Dora Wahlroos (1870–1947): Innoitus (Omakuva) (1895) Turku Art Museum collection (Photo: Vesa Kinnunen)
Helene Schjerfbeck (1862–1946): Omakuva (1915) Turku Art Museum collection
Elin Danielson-Gambogi (1861–1919): Elin Omakuva (n.1899) Turku Art Museum collection
Elin Danielson-Gambogi (1861–1919): Omakuva (1903) Turku Art Museum collection
Elin Danielson-Gambogi (1861–1919): Omakuva (1900) Ateneum collection (Wikimedia commons)
Dora Wahlroos (1870–1947): Omakuva (1943) Turku Art Museum collection
Axel Haartman (1877–1969): Omakuva maalaustelineen ääressä (1899) Turku Art Museum collection

Exercice 12
Akseli Gallen-Kallela (1865–1931): Poika ja varis (1884) Ateneum collection (Wikimedia commons)
Akseli Gallen-Kallela (1865–1931): Akka ja kissa (1885) Turku Art Museum collection

Focus sur les compétences des enseignants/ animateurs
Afin d’évaluer l’impact des ateliers LALI et des tâches qui y sont proposées, nous développons une méthode d’observation fine des interactions socio-langagières basée sur des enregistrements vidéo, qui permet de revenir sur les actions qui se sont déroulées lors des ateliers, et de mesurer leur pertinence du point de vue des apprenants.
Dans un deuxième temps, sur la base des analyses précédentes, nous proposons un ensemble d’outils d’auto-évaluation destinés aux enseignants de langue étrangère et aux animateurs entrant en interaction avec des publics hétérogènes.


Méthodologie d’évaluation par la vidéo

L’objectif de cette méthodologie est de comprendre comment fonctionne l’interaction entre l’enseignant-animateur et les participants lors des ateliers LALI, comment l’oeuvre d’art devient une ressource pour l’apprentissage (linguistique, culturel) et comment fonctionne l’enseignement non-formel dans ce type de situation. Cette compréhension s’appuie sur l’analyse interactionnelle de vidéos que nous avons réalisées au cours d’ateliers au musée et en classe avec des adultes en situation d’apprentissage linguistique et de médiation culturelle. Cette méthodologie peut être appliquée à tout type d’activité pédagogique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boite à outils pour le développement personnel des enseignants
LALI propose un ensemble d’outils qui permet aux enseignants de langue étrangère travaillant avec des adultes peu qualifiés d’améliorer leurs pratiques pédagogiques. S’appuyant sur des extraits du corpus vidéo enregistré au cours de nos sessions pilotes, cette boîte à outils définit des moments systématiques du processus de formation et d’apprentissage et propose aux enseignants-formateurs de développer des stratégies pour relever leurs défis à venir.
Cette boite à outils est destinée à devenir une ressource dédiée à l’acquisition des activités LALI, mais aussi plus généralement, dans la mesure où elle traite des compétences clés des enseignants, une ressource pour la formation initiale ou continue de tout professionnel travaillant dans un champ similaire.

Materials

LALI will offer access to different products and kits for professionals developed in course of the project. The materials include activities in museums, activities in classrooms, an IT application “Art App”, as well as a toolkit for language teachers and trainers.

Our Outputs:

  1. Methodological and theoretical background and curriculum: A collection of theoretical input, detailed methodology description and resources that allows us to create a new methodology combining art mediation, learning of foreign language and improvement of soft skills for adults with low qualifications.
  2. Compendium of activities to develop language and literacy through art: Building on the methodological and theoretical pillars, this output offers a set of practical activities to lead in museums and classrooms to develop language, literacy and soft skills for adults with low qualifications.

 

  1. “Art App”, an IT application: In the framework of the project, an innovative mobile application will be developed. It will help the user to prepare for the visits to museums (pre-visit activities) and to reinforce the acquired new knowledge and the experiences (post-visit activities).
  2. Qualitative video assessment methodology: To test the impact of our trainings and evaluate the proposed tasks, a video assessment methodology will be developed.
  3. Toolkit to focus on trainers’ skills and posture: A toolkit of self-development for language teachers and trainers involved with heterogeneous groups of adult learners with low educational level.

Materials will be available soon!

The European Commission support for the production of this publication does not constitute an endorsement of the contents which reflects the views only of the authors, and the Commission cannot be held responsible for any use which may be made of the information contained therein.